TripAdvisor
Votre email
Mot de passe
Mot de Passe oublié

Vos vacances naturistes en Grèce sur l'île de Céphalonie

page d'accueil English    Français    Italiano    deutsch    Ελληνικά
Votre projet de vacances
du

au

Offres Spéciales


Last Minute

Villa GALATEE
2/4 personnes 86 m2

Villa THETIS
2/3 personnes 60 m2

Villa AMPHITRITE
2/4 personnes 86 m2


Météo à Céphalonie



Les naturistes

- Ce sont des gens qui vous regardent dans les yeux lorsque vous vous adressez à eux.
- Ce sont des gens qui respectent les personnes de toutes corpulences et de toutes tailles.
- Ce sont des gens qui vous apprécient pour ce que vous êtes et pas pour les marques de que vous portez.
- Ce sont des gens qui ne font pas des commentaires grossiers ou sexuels sur vous.
- Ce sont des gens qui aiment découvrir votre vrai personnalité, et pas ce que vous prétendez être.
- Ce sont des gens qui viennent de tous les horizons professionels et sociaux.
- Ce sont des gens qui sont plus chaleureux que les gens ordinaires.
- Ce sont des gens qui ne pensent pas qu'un corps nu est une provocation à caractère sexuel.
- Ce sont des gens qui n'aiment tout simplement pas porter de vêtement.

Le naturisme

Vivre nu, qui n'a éprouvé une fois dans sa vie le désir d'être nu, de vivre nu dans la nature, libre de s'y ébattre nu, sous le soleil, sur le sable ou dans l'eau ? Cette aspiration peut surprendre. La nudité pourtant est naturelle. A l'origine, l'Être Humain est nu, et il vit nu !
Mais déjà, soucieux de séduire et de s'affirmer, il se pare d'ornements faits de pierres, de lianes, de plumes, de fleurs, de feuilles ou de coquillages. Puis, voulant se protéger de la rigueur des climats, il se couvre de peaux, de fourrures... de fibres tissées. Bientôt, le vêtement distingue le glorieux, le riche, le puissant. Il précise la supériorité hiérarchique, la souveraineté et désigne le pauvre, le manant.
Au cours des siècles, les détenteurs du Pouvoir imposent de se vêtir, interdisant la nudité... le nu est pourchassé, réprimé, condamné. De nos jours, les individus restent encore imprégnés de cette pesante interdiction, la plupart n'acceptent pas d'être vus ou de voir les autres nus ! Oser paraître nu reste perçu comme une agression, un acte indécent, scandaleux, une atteinte à la "morale" et aux "bonnes moeurs" !
Avec réticence, et parfois mépris, le nu n'est accepté que dans les arts et le spectacle.
L'être humain a "peur" de son image.

La nudité

La nudité, souvent liée à des plaisanteries de mauvais goût, se voit ridiculisée par des attitudes ou des situations grotesques.
Elle est l'objet d'un commerce critiquable. Avec hypocrisie et bien sûr par profit, on incite les uns à s'exhiber, les autres à "voir", à se "rincer l'œil". Le regard ne sait plus apprécier cette merveille qu'est le corps humain nu. Il ne sait voir que les défauts et oublie d'en admirer la naturelle beauté.
Par son refus d'accepter la nudité comme une réalité originelle, l'être humain semble faire à la nature le reproche de l'avoir créé tel qu'il est !
Ceux qui admettent la nudité, l'aiment, l'apprécient et osent en prendre la défense, risquent d'avoir l'impression désagréable d'être considérés comme des personnages vicieux, détraqués, ou de "joyeux farfelus".
Sans doute se peut-il qu'au départ, il y ait, en filigrane, l'attrait du «caché», du «défendu». L'habitude fait très vite accéder à une toute autre vision de la nudité.
Celle-ci est en outre l'affirmation d'une non dépendance de l'individu face aux habitudes reçues.

Pourquoi être nu ?

Pourquoi être nu ?... Pourquoi se dévêtir totalement ?

Au-delà du plaisir intense qui envahit tout l'être, que se passe-t-il physiologiquement ? Par temps un peu frais, chacun peut constater qu'entièrement dévêtu, l'échange de chaleur s'effectue par la totalité de la peau. L'organisme réagit alors de façon telle que la sensation de froid n'apparaît pas.

On se sent vif, à l'aise, on est "bien dans sa peau". Vêtu seulement d'un slip, l'équilibre thermique n'est plus obtenu dans les mêmes conditions. Une sensation d'inconfort se manifeste qui conduit vite à se couvrir davantage. La peau est faite pour établir la liaison avec le milieu ambiant naturel. Judicieusement soumise à l'action de l'air, de l'eau, du soleil, elle se hâle, se pigmente, et ne tarde pas à présenter au toucher une saine et agréable douceur. La peau doit être plus souvent débarrassée de tout vêtement.
La poitrine féminine bénéficie tout particulièrement de ce contact direct avec l'air, l'eau froide, le soleil. Les seins nus sur la plage sont l'effet d'une heureuse évolution mettant un terme à l'inégalité qui autorisait seul l'homme à y évoluer torse nu.

Le vêtement

Le vêtement par excès de protection a fragilisé l'être humain, il l'a rendu frileux, sa résistance aux intempéries s'est amenuisée. Constituant un écran aux rayons lumineux qui favorisent l'activité vitale de l'épiderme, le vêtement s'oppose à l'échange indispensable et constant qui s'effectue entre l'air et la peau par les millions de glandes sudoripares.
Le contact de certains textiles provoque parfois des troubles physiologiques, des allergies désagréables et tenaces. Trop ajusté, trop serré (ainsi le dicte la "mode"), cerclé d'élastiques autour des jambes, le vêtement freine et perturbe la circulation lymphatique et sanguine.
Parmi les êtres vivants, l'homme est le seul à s'être placé dans l'obligation de recourir à une telle protection, et, de celle-ci, il ne pourrait maintenant se passer. Prisonnier des lois, des coutumes, des "convenances", l'homme a fait du vêtement une mascarade absurde derrière laquelle, hypocrite, il semble parfaitement ravi de dissimuler sa véritable personnalité.
Certes, le vêtement parfois enjolive les heures de la vie. Il est cependant parvenu à déposséder de sa réalité l'aspect naturel du corps humain.

Le corps humain

Le corps humain aujourd'hui se libère de ce "carcan" ancestral. Il en éprouve un incontestable bien-être et retrouve sa dignité.
A le regarder sans l'obstacle du vêtement, on apprécie le corps, tel que la nature l'a fait. Alors se révèle, au travers d'une infinie diversité de traits, de proportions, de teintes, l'étonnante variété des peuples du monde.
Les artistes qui s'attachent à reproduire le corps humain nu, en dessin, peinture, modelage, sculpture, savent la difficulté de ce travail délicat mais combien passionnant ! Cependant, lorsqu'il s'autorise à voiler, fausser ou mutiler l'oeuvre de la nature, l'être humain s'avère bien méprisant et particulièrement prétentieux !
A sa naissance, l'individu reçoit un "présent" fragile et précieux, son corps. Chacun en dispose à sa guise, mais c'est une injure à la nature et à la vie que laisser s'abîmer ce "capital" unique. Il faut se préoccuper avec la même attention, et de l'épanouissement de son état physique, et de la culture de ses facultés intellectuelles.
C'est par la gymnastique, la danse, le sport, au travers des attitudes, des gestes et du mouvement, qu'explosent l'élégance, la grâce, la force et la beauté du corps humain.

Le nudisme

Le nudisme, la nudité intégrale, offrent sans aucun doute une des meilleures voies pour accéder à cette recherche d'épanouissement.
La nudité totale est essentielle, et les partisans d'une nudité partielle viennent presque inévitablement la rejoindre. Se mettant nu, l'individu quitte délibérément un aspect coutumier qui lui est imposé dans la vie sociale. Il devient vrai, son corps se montre tel qu'il est, sans le masque trompeur du vêtement. Plus question de suggérer, de faire valoir, riches ou pauvres, intellectuels ou manuels, citadins ou paysans, tous se côtoient sur un plan d'égalité. Cette nudité physique, voulue, vécue, modifie profondément l'attitude et le comportement de l'individu.
Ce n'est pas par hasard que le dicton populaire affirme que "la vérité sort toute nue du puits" ! Le nudisme procure de belles heures, de trop courts moments de joie dans la vie, et ses adeptes, heureux de se retrouver, profitent alors pleinement de leurs loisirs.
Le nudisme a déclenché un changement profond dans leur style de vie … Il laisse poindre l'aube d'un horizon plus vaste, le naturisme.

Le naturisme

Le naturisme est né du désir des êtres humains d'harmoniser leur vie avec les rythmes et les réalités subtiles de la nature. Il est l'art de vivre qui s'appuie sur la connaissance, le respect de l'humain et du milieu naturel dans lequel il évolue.
L'individu cherche à devenir capable de découvrir et d'apprécier ce que la nature met à sa disposition pour lui permettre de se hausser vers une meilleure façon de vivre. Par les interrogations qu'il suscite et qui abordent tous les aspects de la vie, le naturisme conduit à réfléchir aux comportements de l'homme dans les époques passées, actuelles et à venir. Ces réflexions vont jusqu'à lui faire prendre conscience des périls que court l'humanité dans le monde présent.
Chaque jour, en effet, on s'aperçoit davantage que l'être humain s'est rendu esclave des réalisations qu'il a lui-même créées, ... qu'il est victime des contraintes imposées par les "temps modernes". De plus en plus, il s'éloigne de son cadre naturel de vie.
Le naturiste redécouvre les moyens simples qui lui permettent d'atteindre cette "plénitude de vie", en livrant sans retenue son corps dévêtu au contact des éléments naturels, "la terre, l'eau, l'air... le soleil". Ces quatre éléments conditionnent la vie.

La terre<

La terre est le point de départ de toute la nature. C'est elle qui capte, transforme et restitue l'énergie du rayonnement solaire. C'est par la terre que se régénèrent la plupart des substances minérales et que s'effectuent les cycles de l'eau et de l'azote.
La terre est à la fois support de toute vie, et générateur nourricier. C'est en elle que se développe la germination végétale et que s'enracine la magnifique végétation qui la recouvre. Les naturistes recherchent le contact avec tous les éléments naturels, ils ne peuvent en exclure la terre, même si elle ne semble pas procurer, d'emblée, un plaisir évident.
Depuis les temps les plus reculés, l'être humain joue et travaille avec la terre... pour se nourrir, s'abriter, pour se soigner, réaliser les objets dont il a besoin, pour satisfaire son désir de créativité, exprimer ses goûts artistiques et ses passions, enregistrer et transmettre son savoir.
Les enfants prennent toujours un merveilleux plaisir à jouer sur le sable, à s'enduire de boue, d'argile et à pétrir ou modeler la terre. Marcher pieds nus sur le sable ou les cailloux, sur la terre ou sur l'herbe, apporte un plaisir subtil qui laisse bientôt percevoir bien-être et vigueur nouvelle.

L’eau

L'eau, elle aussi, est indispensable à la vie ! Elle est la première des boissons. On l'utilise pour les ablutions, le bain, la douche. Au cours de la toilette, elle débarrassera la peau de ses sécrétions et de ses salissures. Le ruissellement de l'eau sur la peau nue produit un effet relaxant très important, il décrispe et tonifie tout l'organisme.
La pluie, sans doute quelque peu difficile à supporter lorsqu'on est nu, provoque cependant une saine réaction.
Les bains de mer, joie des petits et des grands, apportent un regain d'efficience, de tonus. La thalassothérapie, le thermalisme, l'hydrothérapie, sont eux aussi recherchés et appréciés. Pratiquées en nudité totale, la baignade et la natation s'avèrent infiniment plus agréables qu'en "tenue de bain" aussi réduite soit-elle !
A se baigner, plonger, nager nu, on exclut totalement, lorsque l'on sort de l'eau, les inconvénients du maillot de bain mouillé, véritable "emplâtre glacé" qui reste collé sur la poitrine, l'abdomen ou les reins.

L’air

L'air est indispensable à la vie. L'organisme a besoin d'air, d'abord pour la respiration. Avec raison, chacun s'efforce de se rapprocher des campagnes, des forêts, des montagnes ou de la mer.
L'air y est tonique et les citadins, plus que tous, recherchent cette bouffée d'air pur. Mais, trop souvent réflexe, la respiration n'est pas suffisamment consciente. Les techniques respiratoires (yoga, gymnastique, danse, sport) apprennent à respirer plus calmement, plus profondément, et elles impriment un rythme dans toutes les activités de la vie. L'organisme exige aussi, et de façon impérieuse, le contact de l'air sur la peau. Les effets du bain d'air sont infiniment plus profitables qu'on ne l'imagine. Le corps doit y être soumis nu, aussi fréquemment que possible.
Agréable, merveilleusement tonifiante, la caresse du vent sur la peau nue stimule, fouette et fortifie.

Le soleil

Source et aliment de la vie sur terre, sa lumière apporte la joie à tous les êtres vivants. L'ensoleillement intégral, "l'héliose" progressif, sans excès dans son intensité comme dans sa durée, est à la fois euphorisant, embellissant et nourrissant !
La beauté des corps entièrement bronzés est pour tous évidente. Le hâle qui colore la peau nue est la plus belle des parures, la plus naturelle, celle qui convient le mieux au corps humain. Les traces blafardes laissées sur la peau par les tenues de plage démontrent le ridicule de cette façon de s'ensoleiller. Devoir s'affubler d'un maillot de bain est une contrainte absurde.
Devenu une mode depuis quelques décennies, le bain de soleil, agréable et fort prisé, doit être pratiqué avec prudence et discernement pour rester bénéfique.
Gorgé de soleil, l'organisme requiert l'adoption d'un mode de nourriture plus frugal.

Se nourrir

Se nourrir, pour tous les êtres vivants est une préoccupation inévitable et constante. La nutrition assure la croissance et le renouvellement des forces épuisées par l'activité. Elle a une incidence certaine sur le maintien ou la reconquête de la vitalité.
Malgré lui, l'individu fait bien souvent une consommation inconsidérée d'aliments dénaturés, de produits dévitalisés, nocifs, et par là même dangereux. Ce qui est ingéré en excès ou de qualité discutable risque de porter atteinte à la santé. De très nombreux ouvrages, réalisés par des chercheurs et des médecins préoccupés de diététique, apportent à ceux qui le souhaitent la possibilité de s'informer. Ils offrent un choix de préparations culinaires à base de produits naturels, permettant d'établir une nourriture saine, faisant appel une plus large utilisation de céréales, de légumes et de fruits.
N'est-il pas révoltant de constater que, par sa frénésie de consommer, une partie du monde gaspille, jette, détruit... tandis que l'autre survit péniblement dans une dramatique impuissance à vaincre la faim ?
La sagesse, le respect de la vie imposent d'y réfléchir. Il est par ailleurs tout à fait souhaitable de s'interroger avec gravité sur l'utilisation ou l'absorption d'éléments nocifs, sournoisement préjudiciables à la santé.

Nouvelle forme de vie

Cette nouvelle forme de vie que tisse le naturisme crée des rapports nouveaux entre les individus, entre ceux-ci et leur environnement.
Conscient de son appartenance à l'immense chaîne vitale qui va du minéral au végétal, à l'animal et à l'humain, le naturiste adopte un comportement individuel et collectif plus responsable.
Sitôt éliminé le rempart du vêtement, l'individu perd son agressivité latente. Il découvre une obligation de respect envers les autres et envers tout ce qui l'entoure.
Ne cachant plus rien de lui-même, il lui devient difficile de dissimuler sa pensée. Vivre en naturiste, ne serait-ce que le temps des loisirs, c'est volontairement mettre en accord comportement et attitude avec ses intentions. Ce fait est assez rare pour être souligné.
Dans l'atmosphère de simplicité, de sincérité qui en résulte, s’apprécie le calme, la beauté se cultivent la joie de vivre et l'amitié.

La joie d'être nu

La joie d'être nu, se sentir libre de toute gêne, percevoir sur la peau nue le souffle léger de l'air... frissonner soudain aux premières gouttes de pluie, ou s'offrir détendu à la douce chaleur du soleil.
Cette joie révèle une délicieuse impression d'aise et de liberté. Elle fait découvrir au plus profond de soi l'heureuse influence, la satisfaction infuse qu'apporte la nudité. Elle invite à partager cette ambiance faite de simplicité et de sagesse.
De grands précurseurs ont lutté farouchement pour faire admettre la nudité qui libère le corps et l'esprit des tabous absurdes, des préjugés obscurs. Ils ont suggéré à des milliers de personnes l'idée d'une vie belle et vraie, l'idée de vivre nu, au grand air dans la nature.

Dans la nature

Dans la nature au bord d’un lac, d’une rivière, dans les bois ou les prés, en montagne, à la mer, sur les rochers, ou le sable des plages, il est agréable et tentant de se mettre à l'aise, de se dévêtir totalement.
Mais doit-on se permettre d’imposer la vue pourtant naturelle du corps humain nu à qui ne l’accepte pas, là où il n’y a pas d’habitués. C'est ce que risquent de faire ceux que les naturistes organisés appellent "naturistes sauvages". Ceux-ci n'ont bien sûr rien de "sauvages" et se comportent le plus souvent de façon bien sympathique dans leur insouciance, et leur désir de pratiquer librement le nudisme.
On peut cependant regretter qu'ils s'exposent alors à la rigueur des lois hélas encore en vigueur.
Ils risquent aussi de provoquer l'hostilité de personnes non habituées à la nudité ou qui la refusent. Mais surtout, ils évoluent dans un climat permanent d'insécurité, par la rencontre fortuite de voyeurs ou d'importuns aux intentions mal définies.
Pour éviter ces difficultés et des conflits, il est préférable de s'orienter vers des solutions apportant une totale quiétude dans la jouissance, en toute liberté, des avantages et des joies du naturisme ou de la nudité dans la nature.

Les propriétés à louer
Présentation de Céphalonie
A visiter
Comment venir
Sorties, sports et spectacles
Galerie Photos
Adresses utiles
Le naturisme
Les plages

© naturist-kefalonia.com 2016
Mail: contact@naturist-kefalonia.com

Tel: 00 30 26.710.83.145

mobile: 00 30 69.55.31.60.08